Timm United

"Ne mixez pas vos morceaux au hasard, mais attendez le bon phrasé, au bon moment"

Timm United

Tim, cela fait maintenant plus de 15 ans que tu es DJ. Parle-nous un peu de toi et dis-nous comment tout cela a commencé.

Eh bien, j’ai toujours été du genre danseur et performeur… même quand j’étais plus jeune. J’étais toujours au centre du dancefloor, en train de faire le show avec des danses plutôt énergiques. Pour éviter que l’ambiance retombe, je me précipitais toujours vers le DJ pour lui dire quel morceau passer. Au bout d’un moment, j’ai moi-même commencé à faire du DJing, parce que je savais généralement comment continuer à faire bouger le public. Du coup, j’ai commencé à jouer dans de petites soirées, des événements sportifs, ce genre de choses. J’ai toujours été (et je le suis encore aujourd’hui) fasciné par l’essence véritable de la dance music et par la recherche et la création de morceaux magiques et envoûtants, qui transmettent de l’énergie et font bouger le public.

Tu es également musicien. De quels instruments joues-tu, et comment cela t’aide-t-il et t’inspire-t-il dans tes performances de DJ ?

Je joue du piano depuis longtemps. J’ai pris des cours quand j’étais gamin et adolescent. J’ai aussi commencé à jouer de la batterie et, même si cela n’était qu’un passe-temps. J’ai fini par jouer deux concerts live avec Jean-Michel Jarre, en tant que batteur : un à Anvers et un à Cannes. C’était plutôt cool. Ces temps-ci, j’utilise principalement mes talents de pianiste en studio, quand je crée de nouveaux morceaux, et bien sûr je joue du clavier quand je compose de la musique lounge ou funky house. J’utilise également des percussions électroniques quand je joue de la musique latine ou de l’EDM. Je trouve que pimenter un peu les choses rend une performance un peu plus organique et intéressante. Et surtout, évidemment, ça m’occupe.

Quels sont tes endroits préférés pour faire la fête aux Pays-Bas et/ou dans les autres pays dans lesquels tu t’es rendu ?

Il y a quelques clubs sympas sur les plages, ici. J’aime Woodstock à Bloemendaal, par exemple, pour son ambiance détendue et accueillante. Ils organisent aussi d’excellentes soirées techno. Il y a plein d’endroits vraiment géniaux à Amsterdam, qui accueille l’Amsterdam Dance Event (ADE) tous les ans. Et il y a près de 1000 festivals par an aux Pays-Bas. En été, tu pourrais pratiquement aller dans un festival tous les jours. Du coup, la scène est plutôt immense, pour un si petit pays. Et bien sûr, Ibiza reste incroyable. C’est un super mélange de culture club stylée et d’ambiance hippie décontractée.

Jusqu’à présent, quelle a été ta meilleure expérience de DJ, et pourquoi ?

J’ai joué sous la Dom Tower d’Utrecht, le jour de fête de la Reine (qui s’appelle aujourd’hui la fête du Roi). C’est un endroit qui est vraiment au cœur de la ville la plus centrale de Hollande. Il y avait beaucoup de monde et une super ambiance, et le public s’est vraiment éclaté. D’ailleurs, ce jour-là, j’ai fait un set sur quatre platines, avec deux Hercules RMX2. Une autre expérience vraiment sympa, ça a été dans les studios de 3 FM, une radio nationale néerlandaise. J’ai fait le DJ toute la nuit, entre des interviews et des performances de rappeurs. Ça a aussi été diffusé à la télévision nationale ; du coup, c’était une super expérience.

Si tu ne devais en choisir qu’un :

À quels artistes dois-tu ta passion ?

Il y en a beaucoup, en fait. J’aime de nombreux styles différents, donc je vais te citer des noms comme Dave Clarke, DJ Sneak, DJ Spen, Mastiksoul, Gregor Salto, Chocolate Puma, Daft Punk et dernièrement, Pharrell, Lost Frequencies, Gualtiero, Wiwek et plein d’autres encore. Je peux être inspiré par des morceaux disco ou même des morceaux d’ambient ou de classique, quand je suis dans le délire.

Qu’est-ce que tu aurais aimé savoir lorsque tu as débuté ta carrière de DJ professionnel ?

J’aurais aimé savoir que tu nais dans ce monde avec ta chanson, ton talent et ton ambiance personnelle, et qu’il ne faut vraiment pas faire les choses pour être reconnu ou plaire à d’autres, et qu’il faut vraiment apprendre à faire confiance à son intuition. Toujours.

 

Si tu pouvais monter sur scène/collaborer avec un artiste (mort ou vivant), qui serait-ce ?

Enregistrer un disque avec Snoop Dogg, ce serait génial. Ou alors, un morceau de funky house avec Michael Jackson. Ça, ce serait fantastique !

Quels seraient tes principaux conseils et astuces à l’attention de ceux qui veulent commencer à faire du DJing ?

Comme je l’ai dit, soyez vous-même, quoi qu’il arrive. Faites-vous plaisir. Jouez les morceaux que vous aimez et qui vous parlent. Soyez unique. Soyez vrai. Soyez vous ! Et bien sûr, jouez avec le matériel de DJ que vous aimez. Je fais du DJing avec du matériel Hercules depuis près d’une décennie, maintenant. Pourquoi ? Parce que je trouve leurs produits compacts, fiables et différents, d’une certaine manière. Ils ont des fonctions uniques qui me permettent d’être plus créatif sur scène. Et lorsque tu prends du plaisir, tu transmets ton énergie au public.
Pour conclure, est-ce que tu as des projets sympas pour l’avenir, dont tu aimerais nous parler ?
Je prépare un super événement international pour Sony, et cet été, je retravaille l’identité de DJ de Timm United avec l’aide d’un type très talentueux dans ce domaine, Sagar Pargas. Et bien sûr, je vais produire beaucoup de titres ces prochains mois, pour mes trois concepts ou styles principaux : World Chill Out, Real House et Festive Mashup. Je vais aussi relancer un vieux projet techno, donc je pense être bien occupé.

Suivez-moi sur SoundCloud, Facebook et Instagram pour vous tenir informés !

https://soundcloud.com/timmunited

https://www.instagram.com/timm_ish

https://www.facebook.com/timmunited

www.timmunited.com

"Lorsque tu prends du plaisir, tu transmets ton énergie au public."

Timm United